Cookies

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. You can change your cookie settings at any time. Otherwise, we'll assume you're OK to continue.

Durham University

Department of Archaeology

Staff

Publication details for Professor Chris Scarre

Scarre, Chris (2015). Les pierres dressées en Grande-Bretagne: chronologie, symbolisme et traditions préhistoriques. In Statues-menhirs et pierres levées du Néolithique à aujourd'hui. Actes du 3e colloque interantional sur la statuaire mégalithique, Saint-Pons-de-Thomières, du 12 au 16 septembres 2012. Rodriguez, Gabriel & Marchesi, Henri Montpellier: Direction régionale des affaires culturelles Languedoc-Roussillon/Groupe Archéologique du Saint-Ponais. 141-151.

Author(s) from Durham

Abstract

Résumé
En Grande-Bretagne, les pierres dressées se retrouvent le plus souvent sous forme de regroupements, plus particulièrement des cercles et des alignements. Des pierres dressées isolées sont cependant aussi connues et elles peuvent atteindre des dimensions considérables comme par exemple le menhir de Rudston dans l’est du Yorkshire. La tradition des pierres dressées britanniques paraît remonter au Néolithique en raison de leur association avec des monuments d’âge Néolithique établi, mais des fouilles au pays de Galles et en Ecosse ont pu déterminer que la plupart des pierres dressées semblent avoir été érigées pendant le deuxième millénaire avant J.-C. Les fouilles ont montré que la pierre dressée ne constituait le plus souvent qu’un élément dans un complexe structural qui pouvait regrouper des fosses et des poteaux en bois. Un rapport avec la mort, sous la forme d’incinérations associées, se présente très souvent mais pas systémiquement. Les pierres dressées se présentent parfois comme des éléments de ‘paysages mégalithiques’ qui regroupent aussi des cercles, des alignements et des sépultures. La ressemblance que montre beaucoup de pierres dressées avec la forme humaine a été très souvent remarquée dans le folklore, mais aucun des exemples britanniques ne présente de traces de sculptures pour lui donner une forme plus explicitement humaine.
Abstract
In Britain, prehistoric standing stones most commonly occur in the form of stone settings, notably circles and rows. Individual standing stones are also found, however, and they include examples of considerable size such as the Rudston monolith in eastern Yorkshire. The tradition of erecting standing stones appears to have begun in the Neolithic period as evidenced by their association with monuments of known Neolithic age, although excavations in Wales and Scotland have shown that the majority may date to the 2nd millennium BC. Excavations have revealed that a standing stone is very often only one element in a structural complex that may include pits and timber posts. A connection with death, in the form of associated cremations, is also frequently (though not universally) attested. In some cases, standing stones may be elements within ‘megalithic landscapes’ that also comprise circles, avenues and tombs. Their resemblance to human figures has frequently been expressed by folklore, yet none of the British examples appears to have been shaped to give a more explicitly human form.